Extrait de « La Sauvage » de Jean Anouilh

Il y a une grande vérité que je partage dans ce bel extrait d’une pièce de théâtre écrite en 1934 par Jean Anouilh…

« J’aurai beau tricher et fermer les yeux de toutes mes forces. Il y aura toujours un chien perdu quelque part qui m’empêchera d’être heureuse. »

74f921c75890486f78b9d3124675ff6b

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s