L’amour des animaux: un allié très puissant pour contrer la tristesse, la maladie et la mort…

On me dira sûrement que c’est de la projection et que c’est moi qui me fait ces idées, soit! Mais l’amour que l’on donne aux animaux et qu’ils nous rendent (quand on sait le reconnaître et bien l’offrir) est pour moi littéralement un bouée de sauvetage.

C’est comme une farandole d’amour qui vient nous supporter, nous soulever lorsque notre âme est trop en peine.

Exemple concret de ce que je veux dire par là : Quelques jours avant le départ de ma douce Vénus, y’a ce petit chat noir errant (Flocky) qui a commencé à venir se balader sur notre terrain. Nous habitons cette maison depuis 2 ans et demie et nous avons quelque fois aperçu des chats mais sans plus. Je crois que celui-là,  est venu pour une raison, pour en quelque sorte mettre un baume sur cette grande perte qui se préparait…et voilà qu’il reste et nous adopte toujours davantage de jour en jour. Oui vous pourriez me dire qu’il a maintenant de l’eau, de la nourriture 2 fois par jour, une belle cabane isolée en plus d’un coussin chauffant qu’il affectionne particulièrement et qu’il est normal qu’il reste mais je crois qu’il y a tout de même une raison pour son arrivée initiale.

Un autre exemple: un mois (jour pour jour) après le départ de mon chien de coeur , nous avons eu le bonheur de reprendre la garde de Maya (une de mes bergères qui était avec mon ex depuis notre séparation) et elle semble très heureuse d’avoir retrouver ses congénères canins et nous ses humains 🙂 . Tout cela aide grandement à un coeur meurtri par le départ d’une étoile aussi scintillante que Vénus…

Parallèlement à cela, la relation avec Flocky évolue, petit chat craintif et nerveux démontre confiance et affection de plus en plus avec le temps qui passe mais je n’arrive pas encore à le caresser (du moins jusqu’à il y a 2 jours) mais ce n’est pas grave, nous ne sommes pas pressés.

Depuis quelques jours, j’observe des signes de ralentissement, de vieillesse et possiblement maladie chez l’un de mes ratous..mon petit Dali, le plus fringuant des trois et voilà qu’il semble s’essoufler et mon coeur est triste, inquiet, et se dit « Ah non pas encore… »

Puis voilà qu’hier, pour la première fois depuis plusieurs semaines d’apprivoisement, tout naturellement Flocky se laisse caresser comme s’il avait décidé de laisser tomber cette barrière…comme s’il savait que ce simple petit geste ferait toute la différence pour moi.

Je sais…..(ou j’imagine) que probablement rien de cela n’est conscient de leur part mais je crois que c’est très intuitif et qu’ils nous ressentent beaucoup plus qu’on peut parfois même se ressentir soi-même…et combien cela peut être précieux. Mais bref, c’est cette espèce de cycle de la vie et de synchronicité d’événements qui pour moi prend tout son sens et qui me fait tant de bien.

Je n’aurai jamais assez d’une vie pour aimer, apprendre et communier avec toutes cette faune, ces espèces merveilleuses (domestiques et sauvages) qui partagent nos vies.

 

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s